La Diaspora Haytienne doit assumer sa responsabilité pour contrecarrer l’obscurantisme au pays de Jean Jacques Dessalines !

Published On September 1, 2020 | By Charité Thélot | Nouvelles

« Même si votre attitude était complètement différente, même si vos lèvres distillaient du nectar et si vos discours résonnaient comme la plus douce des musiques, (…) pensez-vous que vous nous persuaderiez d’abandonner mille millions de dollars sur la valeur de nos esclaves et mille autres millions sur celle de nos terres ? » (James Hammond, esclavagiste américain)

« 18 Le méchant fait une œuvre qui le trompe ; mais la récompense est assurée à celui qui sème la justice.  19 Ainsi la justice mène à la vie ; mais celui qui poursuit le mal cherche la mort.

20 Ceux qui ont le cœur dépravé, sont en abomination à l’Éternel ; mais ceux qui marchent en intégrité, lui sont agréables.  21 Tôt ou tard, le méchant ne demeurera point impuni ; mais la race des justes sera délivrée.  22 Une belle femme, qui se détourne de la raison, est comme une bague d’or au groin d’un pourceau.  23 Le souhait des justes n’est que le bien ; mais l’attente des méchants c’est l’indignation.  24 Tel répand son bien, qui l’augmentera encore davantage ; et tel le resserre plus qu’il ne faut, qui sera dans la disette.  25 Celui qui est bienfaisant sera rassasié, et celui qui arrose, sera aussi arrosé lui-même.  26 Celui qui retient le blé est maudit du peuple ; mais la bénédiction est sur la tête de celui qui le vend. 27 Celui qui recherche le bien, acquiert de la faveur ; mais le mal arrivera à celui qui le poursuit.  28 Celui qui se fie en ses richesses, tombera ; mais les justes reverdiront comme la feuille. » (Proverbes 11 v 18-28)

Chers compatriotes, chers lecteurs, nous savons à quel point vous êtes affligés par la perte de l’Honorable Bâtonnier Monferrier Dorval ; mais sachez que ce crapuleux assassinat ne restera pas impuni. Nous nous courbons devant la dépouille de ce valeureux homme de loi qui n’a jamais mâché ses mots face aux bandits et à l’obscurantisme, et nous adressons nos sincères sympathies à sa famille, ses collègues, ses anciens étudiants et amis de partout. Je veux rappeler au Président Jovenel Moise et à son Avocat, Maitre Mario Delcy qui a assisté au processus de collecte d’indices jusqu’à la rédaction du Procès-Verbal par le Juge qu’« on peut fuir loin de tout, mais jamais de sa propre conscience. » (Marcello J. Tunasi). Nous avons la DCPJ à l’œil et nous avons des amis-enquêteurs sur place qui ont déjà partagé avec nous des informations fiables nous permettant de déclarer sans ambages que Jovenel Moise est impliqué dans ce lâche assassinat.

A Pèlerin 5 où réside le Président de la République qui ne dirige rien et n’administre rien, mais qui sniffe de la cocaïne journellement, il y a en permanence : un back-up de la Police ; un back-up d’agent d’UDMO à l’intersection menant au bas-fonds où habite le président et il y a un back-up un peu plus en avant de la demeure du Président Jovenel Moise. Il faut passer deux back-up pour atteindre la résidence du Professeur Monferrier Dorval. Que s’est-il passé ce jour-là avec ces trois back-up ? À Pèlerin 9, il y a des snipers qui surplombent le Pèlerin 5 et qui sont toujours en état d’alerte. Depuis que l’arrivée du Président Tèt Kale dans la zone, l’EDH fournit en permanence de l’électricité. Quelques heures avant la mort du Bâtonnier, il y a eu une coupure d’électricité qui a été rétablie à minuit. Il est interdit de faire usage de feux d’artifice dans la zone où réside le président, précisément à Pèlerin 5. Durant l’assassinat de Maitre Dorval, des feux d’artifice éclataient par-ci et par-là. Le méchant fait toujours une œuvre qui le trompe dit le proverbe ; à Pèlerin 5, il y a plus de quatre caméras qui peuvent enregistrer même durant le black-out de la rue jusqu’à la résidence de Maitre Dorval. Il n’y a aucune façon que les enquêteurs puissent ne pas pouvoir identifier les assassins du Professeur Dorval. La DCPJ n’a qu’à adresser une requête à ses résidents pour avoir accès aux films de cette journée et peut-être de trois à quatre jours avant le meurtre planifié. Il revient à Normil Rameau d’assumer ses responsabilités de Directeur Général de la PNH qui a pour mission de protéger et de servir la population.

Nous n’avons pas à nous attarder sur les élucubrations du Président de la République, mais il a bel et bien proféré des menaces à tous ceux et celles qui veulent l’empêcher de parvenir à ses fins de faire un carnage dans tout le pays. Le train du Président de la République a bel et bien heurté le Professeur Monferrier Dorval qui croyait que des élections tant voulues par le Bandit légal en chef ne pouvaient être réalisées dans ce climat tendu où l’insécurité bat son plein et sans l’adoption d’une Nouvelle Constitution. Des opposants au Président de la République sont assassinés sans aucune forme de procès. L’assassinat de l’entrepreneur Saieh est plausible. Le train déraillé du Président de la République a heurté plusieurs secteurs de la vie nationale en l’espace de quatre jours. Définitivement, le règne de l’obscurantisme bat son plein en Haïti. Les patriotes et les progressistes ont grand peur, car les bandits attaquent leurs proies même dans leur tanière. Le Président Jovenel Moise qui est indexé dans le Rapport Final de la Cour Supérieure des Comptes sur le vol du siècle de Petrocaribe impose l’Omerta ou la Loi du silence. De paisibles citoyens sont assassinés chez eux ; on assassine des gens un peu partout. Nous ne pouvons pas oublier l’assassinat spectaculaire du Prêtre Simoly Joseph le 21 Décembre 2017, qui, deux semaines avant avait déclaré devant une foule de plus de 30 mille âmes au Stade Sylvio Cator que « lajan Petrocaibe a pap fè fon ; volè yo dwe jije e al nan prizon. » Jovenel Moise n’a que deux objectifs : 1-Empecher la tenue du procès Petrocaribe ; 2- Permettre à son bienfaiteur Michel Martelly de retourner au pouvoir ; et il est prêt à tout faire pour parvenir à ses fins. Avec cette vague d’assassinat dans divers secteurs, la Présidence veut intimider la population et porter les braves à lâcher prise. Les Haïtiens sont pris en otage dans une vaste prison à ciel ouvert. Il faut l’intervention de nos compatriotes de l’extérieur pour contrecarrer l’obscurantisme et stopper le train de la mort qui emporte les bonnes âmes sur son passage. La diaspora haytienne doit voler au secours de nos compatriotes encagés, malmenés et maltraités à volonté.

En ce temps de chien où les chacals sont relâchés, il faut bien l’intervention de braves capables de les neutraliser. Nous, Haytiens vivant en dehors du pays, nous sommes ceux qui empêchent l’Haïti comateux de mourir, et nous sommes ceux qui peuvent retirer le pays de Jean Jacques Dessalines dans ce coma provoqué. Nous lançons un appel aux frères et sœurs de la Diaspora à jeter un regard clément sur notre patrie, la terre de nos ancêtres. Définitivement, nos frères de l’intérieur font l’expérience de la dictature et de la pensée unique. C’est le règne de l’obscurantisme où le Président parle et point barre. Le CORE GROUP ; Les Etats-Unis d’Amérique, le BINUH et les Bandits légaux au pouvoir veulent imposer leurs lois : porter les Haytiens à accepter une constitution rédigée au bord de la mer devant une bouteille de tafia, un CEP chanpwèl et une élection-sélection pour imposer un sniffeur de cocaïne pour servir leurs intérêts. Nous n’avons nullement besoin l’aide d’organisations bidons de la diaspora orientées et dirigées à distance par le Département d’Etat Américain. Nous invitons nos frères et sœurs conscients et conséquents de la Diaspora à croire dans l’émergence de l’Hayti Nouvelle. Nous invitons les frères et sœurs mis au rencart de la diaspora à s’enquérir de ce qui se passe dans leur pays d’origine, à agir dans le sens des intérêts supérieurs de la nation pour stopper ces bandits corrompus, criminels et obscurantistes. Les ennemis de la Nation Haytinne savent que la Diaspora Haytienne est la seule planche de salut d’Haïti. C’est à juste titre que Frantz Jean-Baptiste, auteur du fameux ouvrage sur la diaspora haïtienne, Diaspora : enjeux et débats écrit : « Selon une fiction de la politique internationale, le bonheur des peuples résiderait dans la volonté des paternalistes de les encadrer par une certaine aide au développement. Un raisonnement de folie qui tend à dissuader les forces vives de la Diaspora de construire une vision collective pour le bien-être de la République. L’affirmation de la Diaspora haïtienne, à laquelle nous avons fait allusion tout au long de nos réflexions dans ce livre, doit être active. Elle ne devrait pas avoir pour objet l’organisation de réunions annuelles insignifiantes où chacun viendrait vendre son charme intellectuel. Il est temps de prendre au sérieux et d’inciter les observateurs de nos moindres faits et gestes à changer de stratégie…. Les Haitiens de la Diaspora, de par leur identité commune, ont une raison fondamentale de créer une dynamique qui ne requiert que le bon sens et la volonté de chacun de ses membres. »

La mission qui attend la Diaspora est de donner une nouvelle indépendance à la mère patrie. Elle consiste en un combat pour le développement économique, un développement durable pour prendre le train de la modernité. Les Haitiens de la Diaspora, ayant été témoins du développement, et présents à plusieurs niveaux dans les sphères économiques et sociales des Etats-Unis d’Amérique et d’autres grandes puissances, ont la capacité d’accompagner les Haytiens conséquents de l’intérieur dans la construction d’un système haytien efficace dont l’objectif est d’améliorer les indices de développement comme l’Esperance de vie, la mortalité maternelle et infantile, le taux de chômage. Nous devons cibler les organisations de base, comme les associations régionales, les églises, les organisations qui regroupent les professionnels haytiens de la diaspora. Il faut établir un Etat de droit en Haïti où tout individu qui déroge à la loi soit poursuivi et traduit devant la justice. La diaspora avec son savoir-faire, son expérience peut aider à l’instauration de cet Etat de droit où l’Haytien se sentira fier de vivre et de travailler pour le bien-être de la patrie commune. Avec cette vague de violence déclenchée par les gangs affiliés au pouvoir en place, il faut bien mettre en place une initiative citoyenne au-dessus de tout clivage politique pour mettre les alliés internationaux de Jovenel Moise au pied du mur et porter ce dernier à se démettre de ses fonctions tenant compte de son incapacité à conduire la barque nationale à bon port et son implication dans la dilapidation des fonds Petrocaribe. L’assassinat du Professeur Monferrier Dorval, intellectuel de belle eau qui ne mâchait jamais ses mots face à l’inacceptable et aux « madigras », doit servir de leitmotiv pour nos compatriotes de la Diaspora d’assumer leurs responsabilités pour contrecarrer l’obscurantisme au pays de Jean Jacques Dessalines.

Nou pa dwe bliye Pè Simoly Joseph, Mèt Monferrier Dorval, viktim Lasalin yo, viktim Bèlè yo ak tout moun ki mouri sovajman yo, san konte tout pèp la k ap sibi represyon pandan li nan grangou klowòks. Kòb Petrocaribe a pa dwe fè fon. Pa ka gen eleksyon posib ak Jovenel; rèy bandi legal yo dwe fini. Nou vle yon tranzisyon san politisyen; Dyaspora a dwe pwize nan resous li pou li fè lobi pou anpeche mafya entenasyonal la ak lokal la fini ak Ayiti, e kwape machin lanmò a k ap kouri ak tout boulin! La Diaspora Haytienne a la responsabilité morale d’accompagner les compatriotes de l’intérieur du pays dans cette lutte pour la libération et le progrès. Nous faisons appel aux citoyens Haytiens concernés de partout à joindre leurs flambeaux en faisceaux pour projeter une lueur nouvelle sur l’écran d’Haïti.

Ayiti pa dwe peri !

Kerlens Tilus 

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *