Haiti – COVID-19: La transparence est aussi essentielle pour les centres pénitentiaires du pays

Published On May 20, 2020 | By Charité Thélot | Nouvelles

L’Organisation des  Citoyens- nes pour une Nouvelle Haiti -OCNH organisme de protection de droits humains constate que le COVID-19  augmente de plus en plus dans les centres pénitenciers d’Haïti ,  et plus de cas de  détention préventive prolongée en  violation d’un ensemble de règles minima pour le traitement des détenus,  adopté par le premier Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants, tenu à Genève en 1955 et approuvé par le Conseil économique et social dans ses résolutions 663 C (XXIV) du 31 juillet 1957 et 2076 (LXII) du 13 mai 1977.

L’Organisation des  Citoyens- nes pour une Nouvelle Haiti -OCNH  demande  au gouvernement Jouthe – Moïse de prendre les mesures appropriées pour une bonne gestion des détenus- es durant la période marquée par   le  COVID-19 dans les centres pénitentiaires d’Haïti.
En effet, depuis le déclenchement de l’état d’urgence sanitaire, l’OCNH reçoit plusieurs appels des personnes incarcérées ou de leurs proches, qui sont très inquiètes.

Selon nos sources, les détenu-e-s ne semblent pas être testé-e-s; les protocoles de mesures sanitaires ou ne semblent pas exister ou ne sont pas toujours suivis; certain-e-s gardien-ne-s ne porteraient pas de masques ou des gants pour effectuer les fouilles; des transferts d’un lieu de détention à l’autre tant des de détenu-e-s que du personnel auraient encore lieu.

Cette pratique ne correspond pas aux consignes actuelles du Ministère de la Santé publique et de la Population ( MSPP).

Face à cette situation l’OCNH déplore la violation d’un ensemble de regles minima  dans les prisons, notamment du personnel en santé, ainsi que le rationnement dans les équipements de protection. Comment s’assurer que les mesures sanitaires sont suffisantes pour éviter une contamination possiblement fulgurante?

L’OCNH demande au  gouvernement Jouthe – Moïse de rendre publique les informations suivantes :
– Les directives de prévention transmises aux directions pénitentiaires ;
– Le nombre et la liste des équipements de précaution / de prévention  fournis à chaque centre carcéral
-Le nombre de détenu-e-s et de personnel testé-e-s positif, testé-e-s négatif par cellule de chaque chaque centre carcéral et celui des personnes en attente de résultat.
– La fréquence des transferts tant au niveau des détenu-e-s et  du personnel;l’estimation du manque de personnel par centre carcéral.

Outre, l’OCNH demande aux autorités judiciaires des 18 juridictions du pays, en particulier celles de la juridiction de  Port-au-Prince d’organiser des audiences afin de libérer les libérables au regard de la loi tout en évitant des libérations illégales.

Enfin , l’Organisation des Citoyens -nes  pour une Nouvelle Haïti – OCNH , pense que  la transparence est aussi essentielle pour les centres pénitentiaires du pays et demande aux autorités pénitentiaires du pays de faciliter la visite des journalistes de différentes média  et les organisations des droits humains dans les prisons afin de dissiper les doutes sur l’état de santé des détenus -es durant la période spéciale marquée par le COVID-19.

Pour authentification :
Me Camille OCCIUS
Coordonnateur Général OCNH

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *