Ronsard Saint-Cyr invite les gangs armés à déposer leurs armes

Published On April 18, 2019 | By Charité Thélot | Nouvelles

Le Secrétaire d’État à la sécurité publique, Léon Ronsard Saint-Cyr ordonne aux groupes armés de déposer leurs armes afin d’intégrer le programme de réinsertion du gouvernement. « L’heure a sonné. La police va chasser les bandits armés », a prévenu Léon Ronsard Saint-Cyr, en conférence 

Le tweet du Président de la République, Jovenel Moïse, relatif aux instructions de traquer les individus armés, semble avoir les effets attendus. Moins de 48 heures après le tweet en question, le secrétaire d’État à la sécurité publique, Léon Ronsard Saint-Cyr a déclaré que « l’heure a sonné. La police va chasser les bandits ».

n conférence de presse le 18 avril 2019, l’ancien ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales a invité les « soldats » des gangs armés à déposer leurs armes, afin d’intégrer le programme de réinsertion initié par le gouvernement. Il a encouragé ces « soldats » à ne pas suivre les traces de leur chef.

« La police a délogé le chef de gangs du village de Dieu, Arnel ainsi connu. Il s’est réfugié dans une section communale à Dessalines (Artibonite) où l’accès est très difficile. Les forces de l’ordre continueront de traquer ce gang jusqu’à l’arrestation du chef », a précisé le secrétaire d’État.

Selon ce dernier, lui et le Directeur général de la Police nationale d’Haïti (PNH), Michel Ange Gédéon, ont parcouru la ville de Martissant (Port-au-Prince) à Drouillard (Cité Soleil), le 17 avril. « On a constaté que c’était le calme plat. Cependant, des rumeurs circulant sur les réseaux sociaux faisaient croire qu’il y avait des affrontements entre gangs armés dans ces zones », a fait savoir Léon Ronsard Saint-Cyr.

L’ancien ministre de l’intérieur et des collectivités territoriales dit regretté que des « efforts de la PNH ne sont pas appréciés ces derniers temps par la population ». Aussi, a-t-il souligné que les agents de l’Unité départementale et de maintien d’ordre (UDMO) et ceux du Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO) ont pu déjouer plusieurs braquages orchestrés par des gangs armés de Martissant contre des camions qui transportaient des provisions alimentaires.

« La raison pour laquelle des chefs de gangs ne sont pas encore arrêtés par les forces de l’ordre, c’est parce que le gouvernement veut éviter des domages collatéraux », a expliqué le secrétaire d’État à la sécurité publique qui a rappelé que des mesures ont été adoptées afin de renforcer la présence policière dans les rues.

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *