Gonaives/Justice:Marche contre la corruption

Published On April 24, 2015 | By Charité Thélot | Nouvelles

A l’appel de plusieurs organisations de base des Gonaïves, des milliers de personnes ont marché dans les rues de cette commune le mercredi 22 avril pour réclamer l’arrestation de tous ceux qui sont impliqués dans le scandale de corruption qui a éclaboussé la justice locale la semaine écoulée.

Madsen Clervoyant, un détenu a été extrait de sa cellule sur ordre du commissaire du gouvernement Enock Génélus, conduit à à une banque retirer de l’argent pour arroser plusieurs personnes, avec la garantie de sa libération.

Parmi les organisations à l’origine de la marche, on compte Rel moun Latibonit (Rema), la Plate-forme des organisations pour la libération sociale de l’Artibonite (Polsa) et le Mouvement des jeunes unis de l’Artibonite (Mjua).

La plupart des marcheurs se sont présentés comme victimes des actes malhonnêtes et arbitraires des autorités judiciaires.

Aux Gonaïves, les citoyennes et citoyens ne sont pas satisfaits de la mise à pied du commissaire du gouvernement près le tribunal civil de première instance de cette ville, Enock Génélus. Ils exigent aussi l’arrestation des autres personnes impliquées.

A cette marche qui a parcouru plusieurs rues de la ville avant d’aboutir devant les locaux du parquet, les protestataires exigent la mise aux arrêts de l’ancien commissaire du gouvernement des Gonaives.

« Il ne suffit pas de révoquer le commissaire Enock Géné Génélus, il faut l’arrêter », a demandé un manifestant.

« Enock Géné Génélus n’est pas innocent. Il sait bien que son acte est la négation du droit. Il a agi uniquement pour les cinquante mille dollars que l’homme d’affaire Madsen Clervoyant a été contraint de dépenser pour sa libération », a déclaré un manifestant.

« Il faut qu’il soit arrêté, jugé et puni pour avoir commis volontairement cette fraude administrative grave qui a sali l’image de la justice des Gonaives », exige le manifestant.

Les protestataires menacent de fermer le parquet des Gonaives, si on ne procède pas à l’arrestation de l’ancien commissaire du gouvernement de cette juridiction.

Ils exigent aussi l’arrestation de l’avocat Duclas Marcelin qui a obtenu 40 mille dollars américains de la part de l’homme d’affaire Madsen Clervoyant.

« C’est tout le système judiciaire des Gonaives qui est corrompu, les juges et les greffiers dans le système ne sont pas en odeur de sainteté », a dit pour sa part, le vice secrétaire général de la plate forme des syndicats d’enseignants (Psea) de l’Artibonite.

« La justice élève une nation. Un pays ne peut pas fonctionner avec un système judiciaire pourri », a dit le professeur Didier Pierre souhaitant la mise à l’écart des juges qui ne sont que des vendeurs de justice au plus offrant dans la juridiction des Gonaives.

« La justice n’est pas la seule institution corrompue aux Gonaives », a fait remarquer le président directeur général de la radio Télé Papillon, l’ingénieur Jacky Jean Noel ,qui a pris part à cette marche.

Il a dit espérer que la population des Gonaives restera mobilisée jusqu’ à ce que les institutions publiques des Gonaïves soient débarrassées des corrompus empêchant leur bon fonctionnement.

A cette marche qui a été organisée aussi en solidarité aux journalistes de la station locale du réseau Vision 2000, aux Gonaives, Pascal et Salomon Alfred, sommés par l’avocat Duclas Marcelin pour diffamation, a été remarquée, la responsable de programme au Réseau nationale de la défense des droits humains (Rnddh), Marie Yolène Gilles.

Elle en a profité pour rappeler que la liberté d’expression est garantie par la constitution haïtienne.

Plusieurs participantes et participants à cette marche qui affirment être victimes des actes arbitraires de l’ancien commissaire du gouvernement des Gonaives annoncent qu’ils vont porter plainte contre Enock Géné Génélus.

L’homme d’affaire Madsen Clervoyant pourrait bientôt être jugé au correctionnel. Le juge Denis Pierre Michel qui a instruit ce dossier a rendu en début de semaine son ordonnance renvoyant l’affaire au tribunal correctionnel des Gonaives.

La police a sécurisé cette marche qui s’est déroulée sans incident.

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published.