Au moins 20 personnes ont perdu la vie durant les violences du 6 au 8 juillet

Published On July 25, 2018 | By Charité Thélot | Nouvelles

Les pertes humaines et matérielles, résultant des émeutes du 6, 7 et 8 juillet 2018 sont énormes, a révélé le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) à la suite des violences ayant éclaté dans plusieurs villes du pays en guise de protestation contre la décision du gouvernement MOÏSE / LAFONTANT d’augmenter substantiellement les prix des produits pétroliers.

Selon les résultats d’une enquête diligentée par le RNDDH autour de ces événements, au moins vingt (20) personnes ont perdu la vie et au moins un
enfant a été blessé. Parmi les personnes tuées, les cadavres de cinq (5) ont été retrouvés à Pétion-ville et ceux de quatre (4) autres, à Delmas. Onze (11) personnes ont pour leur part été tuées dans les autres communes du département de l’Ouest et ces cadavres ont été découverts dans certains lieux incendiés.

Deux (2) jeunes ont été tués par les agents de sécurité, au deuxième (2ème) étage du magasin Belvédère, situé à l’angle des rues Clervaux et Chavannes, à Pétion-Ville. Le corps sans vie d’un individu a été retrouvé à l’entrée du supermarché Extra Market situé à la rue Fernand de Beaudière, Pétion-Ville. Le corps d’un jeune homme a été découvert, au niveau du rond-point à proximité du marché de Pétion-Ville. Il est présenté par plusieurs riverains comme un individu souffrant d’un handicap mental, qui fréquentait régulièrement le quartier où son cadavre a été retrouvé.
A Delmas, un agent de la PNH a été tué. L’enfant victime a été blessé à Petit-Goave.

Dans le cadre de ses investigations, le RNDDH a recensé soixante-seize (76) véhicules incendiés dont cinquante-deux (52) garés sur les cours des entreprises commerciales et vingt-quatre (24) véhicules neufs exposés dans deux (2) showrooms de la Universal Motors, localisée au Boulevard Toussaint Louverture, Route de l’Aéroport, et à Pétionville. Les véhicules vandalisés en rue ne sont pas pris en compte dans ce bilan.

Au moins cinq (5) institutions étatiques ont été vandalisées et/ou incendiées. Il s’agit du bureau de douane de Ganthier. du bureau de douane de Morne-Cabri, du tribunal de paix de Petit-Goave, du Conseil Électoral Provisoire (CEP), situé à Pétion-ville, de la Direction Générale des Impôts (DGI) de Tabarre.

Au moins quatre-vingt-quatre (84) entreprises privées ont été pillées et / ou incendiés. Le RNDDH juge regrettable que des entreprises privées aient eu à subir les conséquences des décisions gouvernementales car l’incompétence et l’arrogance des autorités étatiques ont envoyé au chômage des milliers de citoyens haïtiens.

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *